Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Sens du Monde

1 an autour du monde en passant par L'AMERIQUE DU SUD, L'OCEANIE et L'ASIE

Petite conclusion d'un grand tour du monde

Publié le 13 Juillet 2015 par Fabien dans 4-RECITS

Un mois et demi après notre retour, il est temps de faire le "bilan" de cette magnifique année passée à parcourir la planète à deux.

A tous ceux qui nous on demandé quel pays nous avons préféré, nous avons répondu invariablement "c'est difficile à savoir". Comment choisir un coup de cœur parmi toutes les merveilles que nous avons vues et ressenties ? Un an de liberté, c'est jouir de 365 jours uniques qui apportent chacun leurs lots de découvertes et de rencontres et la somme d'information que nous avons due absorber a été assez phénoménale. Comme l'indiquait le titre à tiroir de mon blog, pour essayer de cerner l'essence du monde nos cinq sens ont dû être constamment aux aguets. Des visions, des odeurs, des goûts, des chants, des sons, des situations, des ambiances voici ce que je ramène de cette année où tout était à découvrir.

Alors comment puis-je décrire : les milles nuances de bleu des lagons de Polynésie qui colorent en turquoise les oiseaux qui les survolent. L' oppression des rangées de Moai qui tel un tribunal semblent nous juger à travers les siècles. Les poissons volants qui sautent de vague en vague au milieu d'une mer démontée. La vision improbable de la montagne aux sept couleurs de Pumamarca. Le regard curieux d'une vache qui m'observe par l'ouverture du plafond d'un tunnel de lave et qui se demande quel type de taupe je suis. L'arrivée au sommet du Sairecabur et la vue sur le Licancabur. Plonger dans les eaux chaudes et limpides au milieu des bancs de poissons et coraux de Tahaa. Se balader seul au milieu des Iguanes marins et remonter le temps. Le son continu des insectes dans les jungles d’Asie ou d’Océanie. La voie extraordinaire d'un jeune "gaucho" dans une auberge Argentine. La fragrance lorsque l'on croise des Polynésien(ne)s paré(e)s de colliers de fleurs. Le gout des Alfajores, des lomos, des fruits exotiques fraîchement cueillis, du thé cuit au feu de bois, des umeboshi, des curry thaïs. Le chant des kookaburra et des tui à cravate frisée. La chaleur écrasante et les mouches en Australie. Les immenses kaoris de 2000 ans. Un sortie de nuit sur les lèvres d'un volcan en activité. La gentillesse des polynésiens. Le sourire des enfants vanuatais, La zénitude des peuples d'Asie. Les bus de nuit en Asie et Amérique du sud. Les échanges avec les autres voyageurs .....

Pour ceux qui se sont posé la question: est-ce que ça n'a pas été trop dur de vivre en couple 24h sur 24 pendant un an dans des conditions pas toujours très confortables. Je réponds, pas le moins du monde, au contraire cela a été un plaisir de passer chaque seconde ensemble à partager toutes ces expériences. Il est vrai qu'il vaut mieux avoir des objectifs communs et là, c'était le cas, nous avons la même passion pour la photographie, la nature, la randonnée et les rencontres.

Mais rompre avec la vie de tout les jours pour partir à l'aventure n'est pas aussi simple. Les deux premiers mois du voyage, j'avais l'impression bizarre d’être déphasé avec moi-même, de ne pas être pleinement dans mon enveloppe corporelle. Mon cerveau refusait de croire que je me tenais physiquement dans les lieux que je visitais. La sensation n'était pas très agréable car ça me donnait l'impression de vivre mon propre voyage par procuration. Puis petit à petit cela s'est estompé et je suis vraiment rentré dans le nomadisme, à tel point que je n'ai vraiment eu aucun signe de lassitude. Changer de lieu tous les trois ou quatre jours, passer d'un pays à l'autre est devenu une habitude et une joie à tel point que j'aurai pu continuer sur plusieurs années si les visas vacance-travail étaient valables au delà de 35 ans. Vous me direz donc, le retour à la routine a dut être rude !

Un peu, et c'est normal. Se retrouver derrière un bureau après avoir vécu un an du matin au soir en extérieur est assez contrasté. Heureusement, je m'étais préparé mentalement.

J'ai adopté la méthode "saut à l'élastique", on débranche le cerveau et on saute. C'est un peu rude mais efficace. Nous sommes rentrés du tour du monde le vendredi 29 mai et j'ai repris le travail le lundi 1er juin. Après deux jour à reconnecter les neurones dédiés au travail, c'est reparti comme avant le voyage!

En ce qui concerne nos envies de voyages, nous ne comptons pas en rester là, ce ne sont pas les projets qui manquent, il faut juste un peu de temps pour les concrétiser mais pas trop quand même !

Pour nous avoir gentiment hébergé ou fait découvrir leurs petits paradis ou les deux. Un grand merci à :

-Upan, Babette, Mathéo et Lou (Lifou, Nouvelle Calédonie)

-Olivier et ses parents (Belgique)

-David et Julia (Australie)

-Lynn (Australie)

-Elodie (Nouvelle-Calédonie)

-Michèle (Nouvelle-Calédonie)

Un grand merci aussi à ceux avec qui l'on a eu beaucoup de plaisir de passer quelques minutes, une journée ou plusieurs jours avec eux pendant notre voyage :

-David (Galapagos, Australie)

-Olivier et Amélie (Vanuatu, Nouvelle-Zélande, Cambodge, Japon, Belgique)

-Martine et Alain (Pérou)

-Georges et Sylvie (Ambrym, Vanuatu)

-Florence et Jennifer (Île des pins, Nouvelle Calédonie)

-Elodie (Ambrym, Santo, Nouvelle-Calédonie)

-Sarah et Julie (Ambrym)

-Hisayo et Yukihiro (Japon)

-Mireille (Valparaiso, Chili)

-Martjin (Île de pâques)

-Rawdah et Clemence (Birmanie)

-Zaza, Laurent, Emmanuelle et Hubert (Santo, Vanuatu)

-Marie et Maria (Santo, Vanuatu, Nouvelle-Zélande)

-Catherine et Géraldine (Maupiti, Polynésie Française)

-Pasquale (Île de pâques)

-Shilpa (Pérou)

-Sunay (Île de pâques)

-Ree lu (Île de pâques)

-Alain (Thailande)

-Georgina et Eamonn (Bolivie)

-Gabrielle (Île de pâques)

-Benoit et Annette (Bolivie)

-Michèle (Bolivie, Chili)

-Agathe (Île de pâques)

-Maryam et Romain (Raiatea, Tahiti)

-Sylvie et Pierrick (Raiatea, Bora Bora)

-Michèle (Ambrym, Nouvelle-Calédonie)

-Natasha (Tanna)

-Marion et Alim (Pérou, Nouvelle-calédonie)

-Claudine et Jean michel (Galapagos)

-Manuella et Jasmin (Birmanie)

-Ambre et Edouard (Pérou)

-Sandra et Oliver (Bolivie)

-Mathieu (Birmanie)

-Arnaud (Nouvelle-Zélande)

-Serena (Birmanie)

-Joses (Ambrym)

-Edouardo d'ECO ICE PERU (Pérou)

-Damas et Maurice (Santo, Vanuatu)

-Jacqueline et Valentin (Valparaiso, Chili)

-Clément, Julien (Canyon de Colca, Pérou)

Merci aussi à tous ces inconnus qui nous ont orienté, désorienté, abordé pour le simple plaisir de discuter, souri et salué

Que les oubliés se fassent connaître, ça nous fera plaisir d'avoir de leurs nouvelles.

commentaires