Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Sens du Monde

1 an autour du monde en passant par L'AMERIQUE DU SUD, L'OCEANIE et L'ASIE

La vallée volcanique de Waimangu

Publié le 2 Novembre 2014 par Fabien in 6-LE COIN DES NATURALISTES

Nous découvrons la vallée volcanique de Waimangu comme sortie de nulle part. On traverse un paysage ressemblant à l'Auvergne, avec des pâturages encore plus pentus (si si ça existe). On aborde l'entrée d'une foret où l'on gare la voiture et après quelques pas, tout le paysage change. Des collines couvertes de forets denses à fougères arborescentes à perte de vue puis des lacs de cratères fumants ou non avec en toile de fond le monstre des lieux, le Mont Tarawera.

Le mont Tarawera est un volcan faussement endormi qui est entré en éruption 5 fois au cours des 18.000 dernières années. La vallée de Waimangu était constituée de belles collines vertes sans aucune activité volcanique en surface. Puis, dans la nuit du 10 juin 1886, une ligne de cratères s'est formée depuis le nord sur le mont Tarawera jusqu'à la présente vallée de Waimangu. Cet événement a détruit toutes les plantes, les animaux terrestres et les oiseaux de toute la région. Aujourd'hui la végétation a reprise ses droits. Ci-dessous un texte

Pendant la nuit du 9 juin 1886, alors que depuis minuit se succédaient des tremblements de terre, une violente éruption se déclencha près de Rotorua.

Le sommet du Mont Wahanga, tout proche, fut littéralement soufflé, produisant un épais nuage noir, qui s'étendit de Taheke jusqu'à Paeroa, et se transforma en une masse énorme d'éclairs et de tonnerre qui devaient durer toute la nuit.

Peu après, c'est un volcan voisin, le Mont Tarawera et son "jumeau" le Ruawahia qui entrèrent en action, crachant le feu. La lave et les rochers furent projetés à plus de 3 000 mètres de haut. La crevasse provoquée par l'éruption s'ouvrit sur une longueur de près de 20 km. Des pierres et de la vase brûlants, provenant du lac voisin Rotomahana, se mirent à pleuvoir à près de 10 000 km à la ronde.

Les fameuses terrasses roses et blanches, qui figuraient parmi les merveilles du monde, furent détruites. Avant ce désastre, les eaux des Terrasses, miroitant dans la lumière du soleil, offraient le spectacle saisissant d'un escalier de cristal étincelant.

Les explosions, qui durèrent pratiquement toute la nuit, furent entendues jusqu'à Auckland, Napier, Wellington, et même Bleinhem, dans l'Ile du Sud. Dans certaines des villes, les habitants pensèrent tout d'abord qu'un navire s'était échoué et appelait à l'aide. La ville de Wairoa, située dans le voisinage de l'éruption, fut recouverte sur 3 mètres d'épaisseur de cendres, de boue argileuse et de pierre.

Le seul signe avant-coureur du désastre qui aurait pu alerter les habitants de Wairoa, c'était, deux semaines auparavant, un raz de marée de moins d'un mètre de haut qui s'était produit sur le Lac Tarawera.

Cependant les Māoris de la région avaient prédit l'éruption. Le lin n'avait pas fleuri la saison précédente, et les Māoris avaient prédit un été sec, accompagné d'un grand tremblement de terre, pour l'année en cours.

Le village Māori de Te Wairoa, son Pa et ses whares, furent complètement ensevelis par les retombées de boue, de cendres et de pierres. Aujourd'hui, Te Wairoa porte le nom du "Village enseveli". 153 Māoris et Européens périrent lors de l'éruption du Mont Tarawera, en cette nuit tragique de 1886.

Trois autres dates importantes marquent l'histoire de la vallée:

De 1900 à 1904, le plus grand geyser du monde est entré en activité dans la vallée. Il projetait de la boue noire et des rochers à 460 m de haut toutes les 36 heures

En 1917, la partie ouest du cratère des échos est entrée violemment en éruption, envoyant une grande quantité de vapeur et de débris détruisant l’hôtel de l'époque qui se trouvait à plusieurs centaines de mètres de là et tuant 2 personnes (ça n’empêche pas de voir aujourd'hui des panneaux de partout "Ne quittez pas les enfants des yeux" quand on se trouve dans le cratère des échos).Le cratère élargi et approfondi s'est vite rempli d'eau pour former ce qu'on appelle aujourd'hui le lac Frying Pan. Ce lac couvre une surface de 3.8 hectares et est le plus grand lac d'eau chaude du monde. La température moyenne du lac est de 55°C et il contient une eau acide de PH 3.5.

En février 1973 s'est produite l'éruption de la terrasse Trinity. La boue provenant de cette éruption de 15 minutes, qui c'est produite de nuit, a été projetée sur un rayon de 50 mètres. Cela a été une des plus grandes éruption du cratère des échos depuis 1917.

Quelques centaines de mètres avant l'entrée de la vallée de Waimangu.

Quelques centaines de mètres avant l'entrée de la vallée de Waimangu.

Vallée de Waimangu.

Vallée de Waimangu.

Lithographie de l'éruption du mont Tarawera en 1886  par A.D Willis

Lithographie de l'éruption du mont Tarawera en 1886 par A.D Willis

Photo du geyser Waimangu (Black water geyser). Il n'est plus actif depuis 1904

Photo du geyser Waimangu (Black water geyser). Il n'est plus actif depuis 1904

Geyser Waimangu vers 1910. Il y avait très peu de végétation à l’époque.

Geyser Waimangu vers 1910. Il y avait très peu de végétation à l’époque.

Éruption de l'Echo cratère en 1917

Éruption de l'Echo cratère en 1917

Echo cratère peu après l’éruption de 1917

Echo cratère peu après l’éruption de 1917

L’hôtel en partie détruite par l’éruption de 1917.

L’hôtel en partie détruite par l’éruption de 1917.

Le lac frying Pan aujourd'hui.

Le lac frying Pan aujourd'hui.

Peinture des Terrasses blanches en 1884 (détruites par l’éruption de 1886)

Peinture des Terrasses blanches en 1884 (détruites par l’éruption de 1886)

Terrasses actuelles dans la vallée de Waimangu.

Terrasses actuelles dans la vallée de Waimangu.

Commenter cet article